Aller au contenu principal
Femme en chemise mauve avec dreadlocks et chapeau. Femme en chemise mauve avec dreadlocks et chapeau.

Métadonnées musicales


3 Lecture min.


À quoi correspondent les métadonnées?

Les métadonnées sont des informations sur les créateurs, sur les autres titulaires de droits, sur les œuvres musicales et sur les enregistrements sonores.

Lorsque nous parlons de métadonnées, nous faisons référence aux informations sur une , un , un ou autre . Elles décrivent leurs caractéristiques et les rôles des différents contributeurs.

Dans de nombreux pays, ces informations peuvent être protégées par la en tant qu’ et peuvent être intégrées aux .

À quoi correspondent les métadonnées?

Les métadonnées sont des données sur les données. Elles peuvent englober de nombreux éléments d’information différents. Bien que les métadonnées descriptives soient la forme la plus courante, il en existe quatre catégories différentes à connaître.

Métadonnées descriptives

Ce type de métadonnées correspond au détail de l’œuvre musicale et de l’enregistrement sonore. Une grande partie de ces métadonnées (mais pas toutes) sont accessibles aux auditeurs :

  • Titre de

  • (principaux et secondaires)

  • Titre de l’album, de l’EP ou du

  • Année initiale de mise sur le marché

  • Genre

  • Durée de l’

  • de musique et de chant

  • Studios d’ et de mastering

  • Équipement utilisé

Métadonnées sur les droits

Les métadonnées relatives aux droits désignent les informations sur l’identité des titulaires de droits, leurs et leur part des .

Ce type de métadonnées comprend :

  • Noms et coordonnées des titulaires de droits, leurs identifiants tels que les numéros , ou le code , les identifiants clés de l’œuvre musicale et de l’enregistrement sonore, tels que les codes et .

  • Pourcentage de propriété du titulaire des droits ou de redevances.

Certaines de ces informations peuvent être confidentielles (c’est par exemple le cas des pourcentages de propriété et des parts) et ne sont pas toutes accessibles au public.

Pour en savoir plus sur les numéros IPI, IPN, sur les codes ISNI, ISWC et ISRC, consultez notre page consacrée aux identifiants.

Métadonnées de performance ou d’utilisation

Les métadonnées de performance ou d’utilisation se rapportent à l’utilisation d’œuvres musicales et d’enregistrements sonores. Il s’agit notamment, mais pas exclusivement, des éléments suivants :

  • Nombre de flux, de téléchargements ou de ventes

  • Nombre de passages à la radio

  • Heure des représentations télévisées

Métadonnées de recommandation

Il s’agit d’un type de métadonnées plus récent, parfois également appelé métadonnées secondaires, qui est principalement utilisé par les pour recommander des , des créateurs et des aux auditeurs. Chaque fournisseur de services numériques a une approche différente des métadonnées de recommandation. Il n’y a donc pas de liste unique de points de données, mais ces métadonnées peuvent inclure des éléments tels que :

  • Genre

  • Ambiance

  • Tempo

  • Langue

Pourquoi les métadonnées sont-elles si importantes?

En fournissant les métadonnées (dont les identifiants clés) concernant les œuvres musicales et les enregistrements sonores, tous les créateurs peuvent être correctement , l’ de la musique peut être suivie avec précision et les titulaires de droits peuvent percevoir les paiements exacts correspondant à l’utilisation de leurs œuvres musicales et de leurs enregistrements sonores.

Les métadonnées sont également importantes pour les auditeurs qui souhaitent faire des recherches sur une musique. Lorsqu’un auditeur recherche une en particulier sur un site de diffusion en continu, par exemple, c’est grâce aux métadonnées correctes que la chanson recherchée s’affiche pour qu’il puisse l’écouter. Et lorsque l’auditeur se voit proposer de nouvelles musiques qu’il pourrait aimer, ce sont les métadonnées qui sont utilisées pour faire des recommandations précises et pertinentes.

Crédit vidéo : Tiffany Orvet, Daniel Sundström, Eric Ivar Persson, David Wells, Tobias Leo Nordquist, Ponny Höijer, William Engström, Parapix