Aller au contenu principal
123 123

Contrat avec une maison de disques


3 Lecture min.


Quels sont les différents contrats discographiques proposés aux artistes?

Les créateurs disposent d’un certain nombre d’options lorsqu’ils signent un contrat discographique.

L’évolution de l’industrie musicale s’accompagne d’une multiplication des possibilités de carrière pour les, qu’il s’agisse de signer avec une ou avec une maison de disques , de signer un de distribution ou de publier par l’intermédiaire d’un

Mais quels sont les différents types de contrats proposés aux artistes par les maisons de disques?

Aujourd’hui, un avec une maison de disques peut prendre de nombreuses formes et doit être négocié et accepté individuellement sur la base d’un certain nombre de facteurs, notamment le niveau de soutien et d’investissement requis par l’artiste.

Contrat avec une maison de disques 

Un contrat avec une maison de disques peut être un accord à long terme, par exemple pour plusieurs albums, qui s’accompagne le plus souvent d’une et d’un accord destiné à couvrir les coûts d’enregistrement, de marketing, de promotion et de distribution. La maison de disques devient propriétaire des enregistrements sonores et convient avec les artistes d’un pourcentage de sur plusieurs flux de revenus. Certains coûts d’enregistrement, de marketing, de presse et de distribution peuvent être , en fonction de l’accord conclu.

Contrat unique

La structure d’un contrat unique est similaire à celle d’un contrat conclu avec une maison de disques, mais il s’agit d’un contrat à court terme, reposant généralement sur un seul enregistrement sonore, avec la possibilité, pour la maison de disques et l’artiste, de négocier une prolongation du contrat à la fin de la période concernée.

Contrat à 360 degrés 

Il existe de nombreuses variantes de ce type de contrat. Il peut s’agir d’un contrat à long terme, comme celui , qui s’accompagne le plus souvent d’une avance et d’un accord destiné à couvrir les coûts d’enregistrement, de tournée, de marketing, de presse et de distribution, en échange de la propriété des enregistrements sonores et d’une répartition convenue des redevances.

Dans ce type de contrat, la maison de disques partage un pourcentage des revenus générés par les activités supplémentaires qu’elle contribue à organiser et à soutenir, telles que la vente de produits, les approbations d’accords, le parrainage et les spectacles en direct.

Si l’artiste est également auteur-compositeur de l’œuvre musicale, un contrat à 360 degrés peut inclure la cession à la maison de disques de tout ou partie des droits d’édition sur l’œuvre musicale. La maison de disques peut faire office d’éditeur à cet égard, ou engager un éditeur de musique pour gérer les droits en son nom par le biais d’un contrat d’administration d’édition.

Accord de distribution 

Il s’agit d’un accord par lequel une maison de disques accepte de les enregistrements sonores d’un ou d’une maison de disques indépendante en échange d’un pourcentage des redevances de distribution ou de diffusion en continu.

La maison de disques fournit des enregistrements sonores aux et aux détaillants physiques, et gère les relations avec les FSN au nom de l’artiste, y compris la présentation de . Cependant, le marketing et la promotion incombent à l’artiste auto-produit ou à la maison de disques qui l’a signé.

Contrat de licence

Il s’agit d’un contrat signé avec une maison de disques, qui accorde à cette dernière le droit de commercialiser, de promouvoir et de distribuer des enregistrements sonores en échange d’une redevance et d’un droit d’auteur remboursables. La durée de la licence est négociable.

Un artiste auto-produit ou une maison de disques indépendante devra livrer les enregistrements sonores finis à ses propres frais, mais il(elle) en reste propriétaire à 100%. Dans cette structure de contrat, la maison de disques investira également dans le marketing et la promotion.

Crédit photo : Jakob Johansson, Parapix