Aller au contenu principal
Fond bleu avec les mots “Flux de revenus”. Fond bleu avec les mots “Flux de revenus”.

Comment tout cela s’articule : des auditeurs aux créateurs


3 Lecture min.


Comment les revenus des auditeurs reviennent-ils aux créateurs?

Une fois qu’une chanson a été écoutée ou achetée, la fin d’un parcours devient le début d’un autre, ce qui permet de s’assurer que les créateurs et les autres titulaires de droits sont tous payés.

Toute personne qui achète ou écoute une par l’intermédiaire d’un , d’un magasin de musique physique, de la radio, d’une vidéo, du cinéma, de la télévision, d’une salle de concert ou d’une autre salle (par exemple une boîte de nuit ou un bar) génère généralement des revenus pour les de la chanson. Cela peut prendre la forme d’un paiement effectué directement par l’auditeur, ou d’autres revenus provenant d’annonceurs, par exemple, qui paient les FSN pour l’exposition des auditeurs sur leurs sites, ou de payés pour l’utilisation des chansons (par exemple, par les radiodiffuseurs ou les lieux de diffusion en direct et en différé). C’est le catalyseur d’un processus qui permet à l’argent de circuler dans l’écosystème jusqu’aux créateurs.

Pour être rémunérés, les créateurs doivent saisir les appropriées concernant qui a fait quoi, où et quand sur l’ et l’, et tous les clés nécessaires pour pouvoir être et payés.

Une fois qu’une chanson fait l’objet d’une et qu’elle est diffusée en continu, écoutée ou achetée, le parcours des revenus entre l’auditeur et ses créateurs suit différents flux.

  1. et  : flux concernant l’utilisation de leurs œuvres musicales.

  2. et  : flux concernant l’utilisation de leurs enregistrements sonores.

Il y a donc de nombreuses façons différentes de collecter et de payer des  :

  • Lorsqu’une chanson est diffusée ou téléchargée en ligne, les reçoivent des paiements sous forme de redevances, partagées entre les éditeurs de musique et les auteurs-compositeurs, les maisons de disques et les artistes interprètes.

  • Lorsqu’une chanson est diffusée à la radio ou dans un lieu public (tel qu’un supermarché ou un café), les titulaires de droits reçoivent généralement une rétribution par l’intermédiaire des . Les OCM effectuent des paiements sous forme de rémunérations ou de redevances, qui sont partagées entre les éditeurs et les auteurs-compositeurs.

  • Selon la région, les peuvent également recevoir une rétribution sous forme de droits , également appelés droits voisins. Dans certains pays, ils peuvent également ne recevoir aucune rétribution au titre de ces droits. Pour en savoir plus sur ces redevances, consultez notre page consacrée aux droits connexes.

  • Lorsque l’enregistrement sonore est acheté dans un magasin physique, le flux de revenus revient à la maison de disques. Celle-ci est chargée de rémunérer l’artiste et les autres interprètes, et de verser des à l’éditeur et à l’auteur-compositeur pour les copies physiques fabriquées (lesquelles ne sont pas nécessairement achetées par les consommateurs).

  • Pour les spectacles en direct, les artistes interprètes sont payés directement pour leur interprétation ou exécution, et les sont versées aux auteurs-compositeurs et aux éditeurs par l’intermédiaire des OCM. Il est très important que toutes les œuvres musicales interprétées en direct soient signalées, par le biais d’une , à l’organisation avec laquelle l’organisateur du concert a conclu un contrat de licence, afin que les auteurs-compositeurs et les éditeurs de musique puissent recevoir la rémunération qui leur revient.

  • Si l’œuvre musicale et/ou l’enregistrement sonore atteint les auditeurs en tant qu’élément d’un film, d’une émission de télévision, d’un jeu vidéo ou d’une campagne publicitaire, les s’appliquent. Les revenus provenant des redevances de synchronisation parviendront aux auteurs-compositeurs par l’intermédiaire de leur éditeur musical ou de l’OCM, et aux interprètes par l’intermédiaire de leur maison de disques.

Pour en savoir plus sur les redevances, consultez notre rubrique consacrée aux méthodes permettant d’être crédité et payé.

Il est important de rappeler que les OCM et autres organisations ne peuvent trouver les créateurs et les rémunérer que si les des chansons et des créateurs (ainsi que les associées) sont correctement saisis et mis à jour. Les flux de redevances entre les auditeurs, les utilisateurs (ou consommateurs) et les créateurs peuvent sembler complexes si l’on ne sait pas comment tout cela fonctionne. Mais ne vous inquiétez pas, nous avons consacré une rubrique entière aux méthodes permettant d’être crédité et payé, pour vous en dire plus.

Crédit d’animation : Jacob Vidkjær, Playminds