Aller au contenu principal

Qu’est-ce qu’une OCM?


7 Lecture min.


Découvrez le rôle des OCM dans l’écosystème de l’industrie musicale.

Les organisations de gestion collective collectent et versent des rémunérations aux titulaires de droits.

Qu’est-ce qu’une OCM? 

Les organisations de gestion collective (OGC) sont des structures qui agissent collectivement au nom des qu’elles représentent. Elles peuvent représenter divers et titulaires de droits dans de nombreux secteurs créatifs, tels que la musique, l’audiovisuel, l’édition de livres et de revues, ainsi que les arts visuels. Les OCM sont généralement des organisations à but non lucratif régies par les règles convenues par leurs membres, par la applicable en matière de droit d’auteur et par d’autres lois et règlements.

Les OCM les droits des titulaires de droits, en contrepartie de l’utilisation des œuvres créatives de leurs membres et perçoivent les revenus dus aux titulaires de droits. Les OCM peuvent également conclure des entre elles pour représenter les titulaires de droits représentés par d’autres OCM dans leur pays.

Dans l’industrie musicale, les OCM gèrent les droits des titulaires de droits au titre de l’utilisation de leurs et de leurs . Il existe des OCM qui représentent les et les et d’autres qui représentent les , les (ou les deux). Certaines OCM représentent tous les titulaires de droits de l’industrie musicale, voire les titulaires de droits d’autres industries créatives.

En fonction du type de droits qu’elles représentent, les OCM peuvent également être connues sous le nom de société d’auteurs, de société de gestion collective, de société de perception, de société de gestion des droits d’interprétation et d’exécution (PRO) ou d’organisations de gestion des droits de reproduction mécanique (MRO).

Les OCM sont rattachées à un territoire spécifique, et les pays peuvent avoir une ou plusieurs OCM, parmi lesquelles les peuvent choisir. Si les auteurs-compositeurs et des artistes-interprètes deviennent pour la plupart membres de leur OCM locale, certains s’affilient à une OCM située à l’étranger et lui cèdent certains de leurs droits.

  • Vous trouverez la liste des OCM membres de la ici et la liste des OCM membres du ici, représentant les compositeurs de chansons, les autres auteurs et les éditeurs.

  • Vous trouverez la liste des OCM membres du (représentant des artistes et autres interprètes) ici.

  • Vous trouverez la liste des OCM affiliées à l’ (représentant les maisons de disques) ici.

Remarque : il existe d’autres OCM gérant des droits sur des œuvres musicales et des enregistrements sonores ne sont pas membres de la CISAC, du SCAPR ou de l’IFPI. Vous pourrez les connaître en contactant le du droit d’auteur local.

Pour plus d’informations, consultez la Boîte à outils de l’OMPI relative aux bonnes pratiques à l’intention des organismes de gestion collective.

Que fait une OCM?

La fonction première de toutes les OCM de l’industrie musicale est de concéder des licences pour l’utilisation d’œuvres musicales ou d’enregistrements sonores, ainsi que de percevoir et de distribuer des pour l’utilisation de ces œuvres au nom des membres qu’elles représentent, mais ce n’est pas tout.

Concession de licence

La concession de licences est le processus qui consiste à accorder l’autorisation d’utiliser du matériel protégé par un droit d’auteur. Une OCM négocie des contrats de licence au nom de ses membres avec des personnes, des sociétés et des organisations qui souhaitent utiliser leurs œuvres musicales ou leurs enregistrements sonores (radiodiffuseurs, services de diffusion en continu et salles de spectacle, notamment). L’OCM définira les conditions de concession de la licence, y compris le territoire, la durée et les droits de licence à payer. Les OCM proposent souvent aux une pour toutes les œuvres musicales du de l’OCM en échange d’une redevance.

Les OCM peuvent concéder des licences :

● Sur les œuvres musicales, accordées aux producteurs d’enregistrements sonores et aux organisateurs de concerts

● Les œuvres musicales ou les enregistrements sonores sont destiné(e)s aux diffuseurs télévisuels et radiophoniques, aux lieux publics tels que les bars, les hôtels, les magasins, les clubs, et aux FSN en vue d’une linéaire et interactive.

Les OCM peuvent également percevoir et verser des redevances pour des utilisations d’œuvres musicales et d’enregistrements sonores qui n’impliquent pas la concession d’une licence (rémunération de la dans les pays où elle existe, par exemple).

Consultez nos rubriques consacrées aux droits des créateurs de musique, à la cession des droits et concession de licences, et à l’étendue de la protection pour en savoir plus.

Collecte et distribution des redevances

Lorsqu’une est jouée sur scène, à la radio, interprétée en public, distribuée en ligne ou sous forme de (ou encore utilisée dans un film ou dans une émission de télévision), l’OCM suit et perçoit les redevances dues aux auteurs, compositeurs, interprètes, éditeurs de musique ou maisons de disques qui détiennent les droits sur l’œuvre musicale ou sur l’enregistrement sonore que l’OCM représente. L’OCM distribue ensuite ces redevances aux titulaires de droits en fonction de l’ qui en a été faite.

Pour en savoir plus sur les redevances, consultez la rubrique consacrée aux méthodes permettant d’être crédité et payé.

Représentation légale

Dans certaines situtations spécifiques, une OCM peut également fournir des conseils juridiques et représenter ses membres dans le cadre de plaintes pour ou de litiges.

Avantages sociaux, fonds culturels et défense des droits

Par ailleurs, les OCM fournissent pour la plupart des services supplémentaires à leurs membres, notamment en matière de , de et de défense des droits.

Pour plus d’informations, consultez la Boîte à outils de l’OMPI relative aux bonnes pratiques à l’intention des organismes de gestion collective.

Pourquoi les créateurs de musique devraient-ils rejoindre une OCM? 

Cela varie d’un créateur à l’autre en fonction du rôle créatif qu’il joue, de la propriété qu’il détient sur les œuvres musicales, les interprétations et les enregistrements sonores, et de l’endroit où ceux-ci sont utilisés. Les OCM interviennent dans des situations où il serait impossible ou peu pratique pour les titulaires de droits d’y parvenir par eux-mêmes. Les principaux avantages de l’adhésion à une OCM sont les suivants :

  • Seule une adhésion à une OCM vous permettra de percevoir des redevances en contrepartie de l’utilisation de vos œuvres musicales, de vos interprétations ou de vos enregistrements sonores. Ces redevances sont gérées collectivement par d’autres OCM réparties dans le monde entier.

  • Une fois que vous serez membre d’une OCM, vous et vos œuvres musicales ou vos enregistrements sonores serez identifiés de manière unique. L’utilisation de vos œuvres musicales ou de vos enregistrements sonores sera suivie et vous serez rémunéré, de sorte que vous percevrez des redevances pour ces utilisations.

  • Votre OCM percevra et vous versera des redevances pour les utilisations dans son pays, ainsi que pour les utilisations à l’étranger, par le biais d’accords de représentation avec d’autres OCM dans son pays ou par le biais de concession de .

Quels sont les différents types d’OCM? 

Dans l’industrie musicale, vous trouverez différents types d’OCM, y compris des et des . La principale différence entre ces organisations est le type de droits qu’elles gèrent, et pour lesquels elles concèdent sous licence et perçoivent des redevances.

Les différents types d’OCM sont les suivants :

  • Sociétés : représentent les auteurs-compositeurs et les éditeurs de musique concernant divers droits

  • MRO (Mechanical Rights Organizations - Organisations de gestion des droits de reproduction mécanique) : gèrent les droits de reproduction et de distribution des auteurs-compositeurs et des éditeurs de musique.

  • PRO (Performing Rights Organizations - Sociétés de gestion des droits d’exécution) : représentent et gèrent les droits d’exécution pour les auteurs-compositeurs et les éditeurs de musique,

  • MLC (Music Licensing Companies - sociétés de gestion des droits musicaux) : elles représentent les droits des producteurs de disques et des interprètes de musique (la Mechanical Licensing Collective, basée aux États-Unis, est une MRO et non une MLC).

  • PMO (Organisations de gestion collective des artistes-interprètes) : représentent les artistes-interprètes et leurs droits d’interprétation et d’exécution.

  • RRO (Reproduction Rights Organizations - Organisations de gestion des droits de reproduction) : gèrent les droits de reproduction; représentent principalement les auteurs et les éditeurs de livres et de revues, mais aussi les auteurs et les éditeurs de partitions musicales.

  • Bureaux du droit d’auteur : dans certains pays (principalement en Afrique francophone), le local fait également office d’OCM unique pour le pays, représentant tous les titulaires de droits, y compris les auteurs-compositeurs, les éditeurs de musique, les artistes-interprètes et les .

Les OCM de l’industrie musicale sont pour la plupart également membres d’une organisation de tutelle internationale ou affiliées à celle-ci (ces organisations fixent les règles et les normes professionnelles, facilitent la collaboration transfrontalière entre les OCM et défendent leurs intérêts) :

  • CISAC et BIEM : pour les OCM représentant les auteurs-compositeurs et les éditeurs de musique

  • SCAPR : pour les OCM représentant les artistes-interprètes

  • IFPI : pour les OCM représentant les producteurs de disques

  • IFRRO : pour les OCM représentant les auteurs et éditeurs de partitions musicales

Différence entre les OCM, les entités de gestion indépendante/sociétés de gestion des droits et les véhicules de titrisation  

De nouvelles alternatives aux OCM traditionnelles sont apparues, connues sous le nom d’, d’ et de .

Alors que les OCM sont généralement des organisations à but non lucratif et qu’elles peuvent être détenues ou contrôlées par leurs membres , les entités de gestion indépendantes (IME - Independent Management Entities) ou les entités de gestion des droits (RME - Rights Management Entities) sont des organisations privées, généralement à but lucratif, contrôlées par des actionnaires et non par des titulaires de droits. En général, elles se concentrent sur des aspects spécifiques de la et peuvent travailler avec d’autres pour gérer collectivement des portefeuilles de droits plus importants.

Les véhicules de titrisation (SPV - Special Purpose Vehicles) sont des entités qui sont souvent créées dans le cadre d’un partenariat entre une OCM et un éditeur de musique. En règle générale, elles sont créées pour administrer les œuvres musicales de l’éditeur de musique et en concéder Les licences aux .

Pour plus d’informations, consultez nos rubriques consacrées aux droits des créateurs de musique, à la cession des droits et concession licences, et à l’étendue de la protection.

Différence entre les OCM et les éditeurs de musique 

Les éditeurs de musique peuvent travailler en étroite collaboration avec les organisations PRO; ils ont en commun un rôle à jouer dans la gestion des droits et des ; mais les éditeurs de musique, outre la gestion et la protection des droits, jouent un rôle plus actif dans le développement et le succès de la carrière de leurs auteurs-compositeurs. En tant que créateur, vous pouvez avoir intérêt à travailler à la fois avec une OMC et avec un éditeur de musique.

Consultez notre page consacrée aux éditeurs de musique pour en savoir plus.

Illustration : Martin Fabricius Rasmussen